Le raid Saharaoui des femmes, passe à proximité des hôtels de Dakhla

hotel dakhla

Dakhla accueille de plus en plus d’événements chaque année, ce qui suscite une augmentation de résidents d’hôtel à Dakhla sur le site http://www.hotel-buenavista-dakhla.com/chambre1.html. Parmi les événements qui se tiennent dans la ville, on peut citer la quatrième édition du Raid féminin Sahraouiya qui s’est tenu du 3 au 10 février. Pendant quelques jours les 40 équipes inscrites à cette compétition ont pu faire preuve de solidarité et d’engagement dans une ambiance sportive. Parmi les participantes, on retrouve des femmes venues de toute l’Afrique et de France, elles sont originaires du Kenya, du Ghana, du Cameroun, d’Afrique du Sud. L’expérience partagée est inédite et unique, au cœur du désert et en même temps de la mer. Chaque équipe était formée de deux femmes afin d’affronter ensemble les différentes épreuves. Ces épreuves nécessitent surtout de faire preuve d’endurance physique, mais aussi de la capacité de repousser ses limites. La marraine de l’édition 2018 de ce Raid était Aicha Ech Chena, la présidente de l’association solidarité féminine, il y avait une autre marraine en la personne de la présidente de l’association Laurette Fugain, Stéphanie Fugain.

Les participantes ont eu droit à des innovations pour cette quatrième édition. Elles ont pu organiser un crowdfunding au sein de l’hôpital, non loin des hôtels de Dakhla, pendant 2 heures elles ont fait preuve de solidarité en sensibilisant aux dons via la plateforme téléphonique mise en place. L’objectif étant de répondre à un besoin immédiat et concret sur le terrain à l’intention des habitants de la ville. Sahraouiya est un groupe de femmes venues de différents pays du monde et qui se regroupent pour faire valoir leur détermination. En effet, elles font preuve de courage en allant jusqu’au bout de ces épreuves, de plus elles ont une volonté forte de s’aider les unes les autres, de défendre ensemble leur communauté, mais aussi de porter secours à la communauté qui les accueille. Sur le plan social Sahraouiya est un Raid qui tient à son engagement et diffuse cet esprit solidaire partout où il se tient. De nombreuses associations bénéficient des efforts fournis par les femmes durant le Raid, et ce depuis la toute première édition. La plupart de ces associations soutiennent les femmes souffrant de cancer, les mères célibataires, protègent les enfants, encadrent les enfants souffrant de cancer et les femmes en situation difficile.

L’engagement de ces femmes présente aussi un volet de développement durable. Ce raid se déroule près de la baie de Dakhla, non loin de l’hôtel de Dakhla, dans un cadre naturel, qui a une certaine valeur sur le plan écologique. Ainsi, l’aspect développement durable est essentiel pour Sahraouiya. Nous avons ici affaire à une activité innovante, Sahraouiya est le premier de son genre. Il s’agit du premier raid organisé essentiellement par des femmes, et qui se déroule dans le Sud marocain. De plus ce raid contribue à faire connaître la ville et la région de Dakhla en tant que plateforme d’activités sportives et touristiques. Ainsi, on peut y pratiquer et valoriser des activités écologiques, et contribuer à l’épanouissement des femmes en général et aussi des enfants, surtout dans les provinces du sud par ces activités sportives et solidaires.

Vivre dans un hôtel et découvrir les jardins de la Ménara à Marrakech

lasultana Marrakech

Louer une chambre dans un hôtel à Marrakech donne la possibilité de passer des vacances impressionnantes. Premièrement vous avez l’occasion de profiter d’une ville dans laquelle les températures sont agréables tout au long de l’année. Deuxièmement vous avez la possibilité d’y pratiquer de nombreuses activités, de la randonnée dans la chaîne de l’Atlas qui est à seulement quelques kilomètres, du vélo à travers les rues de la ville, du golf sur les parcours les plus huppés de la ville, le hammam dans un Riad de la médina, et vous pourrez aussi découvrir des espaces verts impressionnants, qui entourent les monuments et les bâtiments historiques de la cité. Visiter la sultana et son site http://lasultanahotels.com/marrakech vous donne un aperçu de toute la beauté de la ville de Marrakech.

Les jardins de la Menara au cœur d’une cité en plein développement

La ville de Marrakech est en plein développement, avec son tourisme évolutif, qui se doit de prendre en considération les sollicitations de tous les visiteurs qui y viennent, la ville change et de nouvelles dispositions sont prises pour que les touristes se sentent à l’aise. Dans cet environnement en pleine évolution, on retrouve encore quelques espaces qui ont gardé leur authenticité. Il suffit de passer quelques jours dans un hôtel à Marrakech, pour se rendre compte que ces espaces sont magnifiques. La ville de Marrakech compte de nombreux jardins. À une heure environ de la place Jemaa El Fna, on trouve le parc de la Menara qui porte aussi le nom des jardins de la Menara sur l’avenue de la Menara. C’est l’un des plus anciens jardins de la cité ocre. Au cœur du parc, on retrouve un grand bassin qui surplombe un pavillon. Le jardin est irrigué par l’eau de ce bassin. Le week-end les populations et les visiteurs viennent dans ce lieu pour trouver un peu de sérénité, tandis que les amoureux y vont pour passer de bons moments dans la nature. Le parc a vu le jour durant le 12ème siècle sous le règne de la dynastie des Almohades. À cette époque, le grand bassin servait de piscine d’entraînement pour les soldats.

Le pavillon quant à lui, a été construit en 1870. La légende dit que le pavillon servait de lieu de rendez-vous aux sultans et à leurs maîtresses. La vue y est fascinante au lever du soleil, car les rayons du soleil naissant sont projetés sur le bassin et font des reflets admirables. Si vous passez quelques jours dans un hôtel à Marrakech, n’hésitez pas à visiter ce lieu magique. Le parc de la Menara s’étend sur 88 hectares de terrain et le système d’irrigation est une preuve du génie des anciennes dynasties. Le grand bassin est plein de poissons de différentes espèces, que les enfants nourrissent pendant leurs visites. On retrouve sur place des poneys et des chameaux destinés aux ballades des visiteurs les plus chevronnés. On retrouve de nombreuses espèces de plantes, d’arbustes et d’arbres dans ce parc, notamment des oliviers.

Faire un trekking en saison hivernale au Maroc

trekking_haut_atlas_maroc

Il est clair que les périodes de vacances c’est toute l’année, alors en hiver comme en été, on peut envisager d’aller faire un trekking au Maroc ou ailleurs. Cela peut être surprenant, mais on peut faire du trekking dans les montagnes du Maroc, même en hiver. Organiser ce voyage n’est pas impossible, il vous suffit de contacter une agence spécialisée voir Dunesdeserts. L’itinéraire idéal serait de partir de la Tessaout jusqu’au Djebel Sahro. Toute la beauté du Maroc en hiver se décline autour de cet itinéraire qui dure environ 13 jours de marche. C’est un parcours qui exige une certaine préparation physique, mais qui vous rapprochera du pays par les ambiances que vous vivrez.

Itinéraire de base pour le trekking hivernal au Maroc

campement-atlas-maroc

Lorsque vous vous engagez sur cet itinéraire en hiver, lors d’un trekking au Maroc, attendez-vous à rencontrer des villages d’une beauté rare. Vous profiterez d’un paysage serein et calme, surtout dans la zone de Tessaout. Parcourir cet itinéraire, en partant du nord jusqu’au sud, offre un gros avantage : vous passez des zones montagneuses aux zones sahariennes du Sahro, le tout durant le même voyage. En gros, vous avez deux univers durant le même voyage. Le départ de cet itinéraire se fait à partir de Marrakech, d’où on part jusqu’à Aït Ali n’Itto. En hiver, la fréquentation touristique est presque inexistante dans ces zones. Vous aurez donc la possibilité de choisir le gîte qui vous convient, en plus vous croiserez peu de monde. Pour franchir les zones du Haut Atlas, il faut prévoir des raquettes ou des crampons, en cas d’urgence, vous pouvez utiliser des skis de randonnée. La raquette reste tout de même le meilleur équipement pour venir à bout des conditions dues à la neige peu homogène à certains endroits. Grimper le M’Goun ne sera pas une balade de tout repos, et surtout l’isolement de la région ne devrait pas être pris à la légère.

Pour partir de Marrakech jusqu’à Aït Ali n’Itto, il faut prévoir une altitude moyenne de 1800 mètres. Le départ se fait en 4×4 jusqu’à Aït Ali n’Itto, qui se trouve au cœur de la vallée de la Tessaout. Pour y arriver, on fait un passage non loin du pont naturel d’Imi n’Ifri, et l’hébergement se fait en gîte. Une fois arrivé à Aït Ali n’Itto, le trekking hivernal au Maroc peut enfin commencer. Le deuxième jour, le parcours se fait entre Aït Ali n’Itto et Amzri, avec une altitude moyenne de 2 250 mètres. La journée est organisée autour de la découverte de la vallée de la Tessaout, non loin du djebel Rhat et du djebel Tignousti. Comptez en moyenne 5 à 6 heures de marche pour faire l’ensemble du trajet. Le troisième jour, vous découvrirez la région de Tizi n’Gougoult, avec une altitude de 2 860 mètres, vous irez jusqu’à gougoult qui culmine à 1 850 mètres d’altitude. Voilà de quoi vous donner envie d’aller dans les montagnes marocaines en hiver.